La ville de Bourges : Capitale rayonnante de la France

Extrait d’un document intitulé « Saint-Étienne de Bourges et le Fleurdelysé-Sacré-Coeur » envoyé par Guy Boulianne au Curé-Archiprêtre de Bourges Joël Massip le 11 novembre 1997. Le document intégral sera éventuellement publié avec des pièces justificatives.

« Personne ne pourrait douter en contemplant
cette oeuvre de la Providence, qu’elle n’ait disposé
ainsi ce pays avec intention et non au hasard »
(Strabon, en parlant de la Gaule)

La France a indéniablement une Mission divine à accomplir, et cette mission est inscrite sur son sol. Lors de son baptême en 496, Clovis reçut ces paroles de l’Archevêque de Reims : « Apprenez mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Église romaine qui est la seule véritable Église du Christ ». (1) Lors de la béatification de Jeanne d’Arc en 1908, saint Pie X confirma ces paroles prophétiques : « Vous direz aux Français qu’ils fassent leur trésor des testaments de saint Rémi, de Charlemagne et de saint Louis, qui se résument dans ces mots si souvent répétés par l’héroïne d’Orléans : Vive le Christ qui est Roi de France ». (2)

france-meridien-01

Le territoire de la France est partagé également par trois lignes principales. La première et la plus importante traverse la France du nord au sud en passant par les villes de Dunkerque, Amiens, Paris et Bourges. Nous verrons que ces méridiennes correspondent à un symbolisme chrétien très puissant et que Bourges se situe au centre rayonnant d’où pourra surgir la lumière divine, ce qui fera dire à Léon Bloy : « La France est le secret de Jésus ».

lanceLe premier personnage à avoir sacralisé la Gaule fut nul autre que saint Martin lorsqu’il partagea son manteau en deux parties égales, oblitérant symboliquement la France par son milieu, à la façon du méridien. À l’est, la démarcation se fait avec le Rhône qui délimite l’ancien Saint Empire romain germanique. Ce méridien longe la Bourgogne jusqu’à Saint-Rémy-de-Provence, tout près des Saintes-Maries-de-la-Mer et de la Sainte-Baume et il est présidé par saint Maurice, patron du Saint-Empire. D’ailleurs, la Sainte Lance qui appartenait à Constantin et qui figure aujourd’hui dans le trésor impérial à Vienne, est aussi appelée « Lance de Saint-Maurice ». Ce symbole axial par excellence est le pendant bénéfique de cet autre méridien qui se trouve complètement à l’opposé et qui s’appelle Greenwich.

Situé à l’Ouest de l’Hexagone, Greenwich délimite quant à lui l’ancien royaume des Plantagenêt. Il traverse le territoire qui a vu l’expansion du protestantisme, de l’Angleterre jusqu’à la Navarre d’Henri IV. Ce méridien, à n’en pas douter, canalise des énergies obscures qui se sont amplifiées depuis l’assassinat de l’Archevêque de Cantorbéry par les hommes de Henri II Plantagenêt. (3) Sa mort tragique marquait le début d’une lutte entre l’Angleterre et la papauté qui devait aboutir, quatre siècles plus tard à la rupture définitive de 1533 par l’Acte de suprématie d’Henri VIII.

Blason de Bourges

Blason de Lourdes

Ce Méridien Zéro, présidé par les sorcières vertes (green witch), (4) envoie des effluves négatives jusqu’au sud de la France, plus précisément sur la ville de Lourdes où depuis 1858 se déroule un pèlerinage en l’honneur de la Vierge. Elles se cristallisent dans le blason de cette ville qui porte un aigle aux ailes largement déployées et tenant en son bec un poisson : c’est le pouvoir temporel qui tente de soumettre à sa puissance l’autorité spirituelle du Christ. Mais heureusement, ce méridien est protégé par deux défenseurs de taille : au sommet le patron de l’Angleterre, Saint Georges qui terrasse le dragon, tandis qu’à l’extrémité la Vierge Marie écrase la tête du serpent. Une autre gardienne de taille protège cette autre partie de l’Hexagone : Sainte Thérèse de Lisieux, Patronne des Missions et Patronne secondaire de la France !

À l’image du caducée, les antagonismes des méridiens de Saint-Georges et de Saint-Maurice trouvent leur équilibre avec celui de Saint-Martin (ou de Paris) qui divise la France en deux parties égales.

saintmartin2Soldat romain, Martin rentrait paisiblement d’une de ses rondes habituelles, lorsque surgit devant lui un pauvre hère. Le voyant à demi nu et grelottant sous la rigueur glaciale de l’hiver, Martin ôta son propre manteau, tira l’épée de son fourreau et fendit sa chlamyde en deux. Il en donna une moitié au mendiant et garda l’autre pour lui-même. La nuit suivante, une éblouissante lumière avait soudain envahi sa chambre. Des anges entouraient le Christ qui lui souriait, portant sur sa tunique blanche un pan du manteau : Reconnais-tu ce manteau Martin ? Et comme Martin éperdu ne répondait pas, le Seigneur se retourna vers sa lumineuse escorte, pour expliquer : Martin, encore catéchumène, m’a revêtu de ce manteau. Martin, en vêtant un pauvre avait vêtu le Christ.

En accomplissant ce geste, Martin sacralisa la France et la remit de plein droit au Christ. Comme les lances de Saint Maurice et de Saint Georges, l’épée de saint Martin est le symbole axial du méridien qui traverse très précisément la cathédrale d’Amiens. Son biographe et disciple, Sulpice Sévère, nous assure que la « Charité Saint Martin » eut lieu dans cette ville, devant la porte des Gémeaux, ce qui est déjà un signe évident de dualité.

Blason de Dunkerque

Au nord d’Amiens, le méridien se dirige sur la ville de Dunkerque dont le blason porte dans chacune de ses deux parties un poisson et un lion, tous deux symboles du Christ. En effet, le lion est l’attribut de Judas de qui est issu David et Jésus. Dans une lettre à saint Louis datée de 1234, le Pape Grégoire IX érigea explicitement Clovis successeur de David :

« La tribu de Judas étant la figure anticipée du royaume de France… et de même qu’autrefois la tribu de Judas reçut en héritage une bénédiction très spéciale parmi les autres fils du patriarche Jacob, ainsi la France reçut, de Dieu lui-même, des prérogatives extraordinaires ». (5)

C’est donc le Christ qui trône sur cet axe central, ce qui place celui-ci sous une protection tout à fait privilégiée.

Après avoir survolé le labyrinthe de la cathédrale d’Amiens, le méridien traverse la Basilique de Saint-Denis dans laquelle sont ensevelis les rois de France et où est déposée, ne l’oublions pas, la vieille bannière qui a souvent conduit le pays à la victoire au cri de Montjoie-Saint-Denis ! (6) Après quoi, il poursuit sa route jusqu’à Paris, traverse le chœur de l’église Saint-Roch dans laquelle se trouve une copie de l’arche d’alliance (7) et atteint le gnomon astronomique de l’église Saint-Sulpice dans le 6e arrondissement. Dans cette église, le méridien est marqué au sol par un fil de cuivre et longe le transept dans toute sa longueur.

Arche-alliance_Saint-Roch-01

Reproduction de l’arche d’alliance dans le choeur de l’église Saint-Roch à Paris

Tout cela n’est pas fortuit. Le symbolisme est trop puissant pour être dû au hasard. L’église dans laquelle nous retrouvons le méridien de Paris porte le nom de celui qui fut le disciple du « fondateur » de cet axe central, saint Martin. Or, deux saint Sulpice deviendront évêques de Bourges à l’époque mérovingienne, et c’est précisément à cet endroit que le méridien nous mènera.

bourges_plan-meridien0021En effet, le même fil de cuivre est incrusté dans le dallage de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges. Il passe dans les 3e et 4e travées avant d’arriver dans une petite chapelle collatérale, entre deux vitraux représentant le Sacré-Cœur de Jésus. À l’opposé, le méridien longe la colonne de la tour nord jusqu’à son sommet où l’on peut effectivement apercevoir le fil de cuivre pointant vers le ciel.

Il est à noter qu’avant de devenir roi de France, le Dauphin Charles avait déjà élu domicile à Bourges et avait fait frapper sa propre monnaie avec la mention : Kar, Francorum rex, Bitur (Charles, roi de France, Biturige). Nous savons que Bourges fut primitivement habitée par la tribu celtique des Bituriges Cubi. Or, Biturige signifie « Roi de Monde » (8 ) ; le nom d’Étienne quant à lui ne vient-il pas du grec stephanos, signifiant « couronné » !

Montsalvy

Montsalvy

Si l’on quitte Bourges et que l’on se dirige vers le sud de la France, le méridien passe tout près de Saint-Amand-Montrond qui est considérée par la plupart des géographes comme étant le centre exact de la France. Suivant les villes d’Aurillac et de Montsalvy (Mont du Sauveur !), le méridien de Saint-Martin termine sa longue course aux portes des Pyrénées, au village de Prats-de-Mollo-la-Preste, après s’être engouffré dans les gorges de Galamus où se situe l’Ermitage de saint Antoine (dont la fête est le même jour que pour saint Sulpice : le 17 janvier !). À la force de ses prières, celui-ci combattit le diable durant toute sa vie et c’est après l’avoir dompté qu’il le condamna à rester près de lui sous la forme d’un cochon sauvage.

Nous ne pouvons douter de la puissance de ces différents éléments qui symbolisent la Maîtrise totale sur les forces obscures dans le monde christianisé. Plusieurs grands saints sont armés pour le Combat afin de protéger la France des effluves spirituelles négatives qui tentent de s’infiltrer à tout moment sur son territoire.

L’axe méridien de Paris qui traverse la France du nord au sud n’est autre que la grande arme de Saint Michel… et saint Étienne est la couronne que le Christ veut recevoir en gage de fidélité à son Amour. Avant de mourir, le premier martyr de l’Église s’écria :

« Voici, je vois les cieux ouverts,
et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu ». (9)

Article-PrecedantArticle-Suivant

 

 

Sources et bibliographie :

1. Migne. Patr. Lat. CXXXV, p.51 et suivantes.
2. Actes de Saint Pie X, tome V, pp.204 et 205.
3. L’assassinat de Thomas Becket eut lieu le 29 décembre 1170.
4. Ce même méridien vit la fin de la royauté légitime d’Angleterre lorsqu’à l’approche du protestant Guillaume III d’Orange, Jacques II Stuart jeta les sceaux royaux dans la Tamise (1688).
5. Cette lettre fut rappelée par le pape Saint Pie X le 13 décembre 1908, lors de la béatification de Jeanne d’Arc.
6. Par un signe providentiel, saint Denis dut décapité à l’endroit même où sera construite la Basilique du Sacré-Coeur, annonçant ainsi le martyr de Louis XVI.
7. On retrouve aussi dans cette église un tableau de Vignon représentant « Le triomphe de Godefroy de Bouillon à Jérusalem ».
8. Les Bituriges Cubi avaient adopté pour devise : «La suprême puissance appartient aux Bituriges ».
9. Actes des Apôtres VII, 56.

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 11 novembre 1997, dans La Queste, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Votre belle analyse a été parfaitement décrite par Michel Christian Soulier, notamment dans son livre Raisonnance datant de 1992. A lire absolument.

    J'aime

  2. Cet axe mystérieux qui traverse la France est le sujet d’un roman qui en dévoile tous les secrets. Son titre:
    OSSATURE DU FUTUR. Les révélations qui y sont faites marquent les esprits à jamais.
    A lire absolument.
    Attention il est distribué presque sous le coude, les secrets révélés semblent déranger pas mal de monde.
    Cherchez le, il vaut vraiement le coup!

    J'aime

  3. Joli travail !
    La solution est donnée sur les sites suivants:
    Michel Christian Soulier CQFD.
    La divine clepsydre.
    Les Horlogers de saint Jean.
    Salutations.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :