Le Pr Henry de Bouillane de Lacoste et son fils, l’Ambassadeur de France

Jean-Noël de Bouillane de LacosteLa descendance des Fils de l’Ours a apporté avec elle plusieurs personnages remarquables au fil des siècles. Nous songeons au magistrat Pierre Paul Henri Dominique Boyer de Bouillane, à l’explorateur Émile Antoine Henry de Bouillane de Lacoste, à la mezzo-soprano Julie Boulianne, et à l’un des 21 membres de la Société des vingt-et-un, Louis-Joseph Boulianne, fondateurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean au Québec.

Nous vous présentons maintenant deux autres personnalités qui ont marqué l’histoire à leur façon : l’Ambassadeur de France Jean-Noël de Bouillane de Lacoste et son père, Henry Adrien de Bouillane de Lacoste, professeur et spécialiste du poète Arthur Rimbaud.

Jean-Noël de Bouillane de Lacoste, Ambassadeur de France, est né le 23 décembre 1934 à Vendôme (Loir-et-Cher). Il est le fils d’Henry de Bouillane de Lacoste et de Mme Amy Bernard. Il s’est marié le 3 octobre 1959 à Mlle Françoise Sauboa et eurent ensemble trois enfants : Mathieu, Nicolas, Sophie de Bouillane de Lacoste-Chabrol. Il fit ses études aux Lycées Ronsard à Vendôme et Michel Montaigne à Bordeaux, à la Faculté des lettres de Bordeaux et à aux Instituts d’études politiques (IEP) de Bordeaux et de Paris. Il possède sa Licence ès lettres et son Diplôme supérieur d’études politiques de l’École Nationale d’Administration (promotion Blaise Pascal, 1962-64).

Jean-Noël de Bouillane de Lacoste occupa plusieurs fonctions : à l’administration centrale, Nations Unies et Organisations internationales (1964), Troisième secrétaire d’ambassade à la mission permanente française auprès des Nations Unies à New York (1964-1967), Deuxième secrétaire en Pologne (1967-1970), à l’administration centrale, Europe (1970-1973), Deuxième conseiller à Santiago du Chili (1973-1975), Deuxième conseiller à Pékin en Chine (1975-1979), à l’administration centrale, Nations Unies et Organisations internationales (1979-1980), Directeur adjoint du personnel à l’administration centrale (1980-1982), Ambassadeur à Vientiane, au Laos (1982-1985), Ministre-conseiller à Londres en Grande-Bretagne (1985-1989), Directeur adjoint des affaires politiques à l’administration centrale (1989-1992), Ambassadeur en Tunisie, en remplacement de M. Alain Grenier (1992-1995), Ambassadeur à Tel-Aviv, en Israël (1993-1999). Il fut élevé à la dignité d’Ambassadeur de France en 1999 et il fut le Président de la radio Fréquence protestante de 2001 à 2007.

Ordre Polonia RestitutaJean-Noël de Bouillane de Lacoste est Commandeur de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, ainsi qu’Officier de l’ordre Polonia Restituta (Pologne). L’ordre Polonia Restituta (en polonais Order Odrodzenia Polski, signifiant en français ordre de la Renaissance de la Pologne) est la seconde plus haute décoration civile polonaise, après l’Ordre de l’Aigle blanc. Cette décoration peut être conférée pour des réalisations remarquables dans les domaines de l’éducation, des sciences, du sport, de la culture, des arts, de l’économie, de la défense du pays, d’œuvres sociales, civiles ou pour l’entretien de bonnes relations entre les pays. Elle fut créée le 4 février 1921 et peut être attribuée aussi bien à des civils qu’à des militaires polonais, ainsi qu’à des étrangers.

Il est communément admis que l’ordre Polonia Restituta succède à l’ordre des Chevaliers de Saint-Stanislaus, Évêque et Martyr (ou plus simplement, Ordre de Saint-Stanislas), établi par le dernier roi de la République élective de Pologne-Lituanie Stanislas Auguste Poniatowski le 7 mai 1765 pour honorer les fidèles sujets de la Couronne polonaise et du Grand-duché de Lituanie. Le nombre de titulaires était fixé alors à un total de 100 et les chevaliers admis devaient s’acquitter d’un paiement qui profitait en partie aux plus démunis.

Depuis le 10 juillet 2004, Jean-Noël de Bouillane de Lacoste est maintenu dans les fonctions de membre du conseil de l’ordre national du Mérite. Il écrit régulièrement des articles de fond pour le journal Réforme, qui offre un regard protestant sur l’actualité politique, religieuse, sociale et culturelle. D’ailleurs, nous vous invitons à lire une entrevue de l’Ambassadeur donnée au magazine 20Minutes, dans laquelle il raconte l’écho et les conséquences qu’a eues la mort du Premier ministre israëlien, Yitzhak Rabin, le 4 novembre 1995.

Henry de Bouillane de Lacoste, père de l’Ambassadeur

Illuminations - Painted PlatesLe père de l’Ambassadeur, le Professeur Henry Adrien de Bouillane de Lacoste était un spécialiste du poète Arthur Rimbaud. Il est né le 10 septembre 1894 à Montboucher (Drôme, France) et décédé le 4 novembre 1956 à Bordeaux (Gironde, France). Il est l’auteur d’éditions critiques des Poésies et d’Une Saison en Enfer [Mercure de France, 1939 et 1941], ainsi que d’une édition des Oeuvres d’Arthur Rimbaud [Hazan, 1945], Rimbaud et le problème des Illuminations [Mercure de France, 1949], et d’une édition critique du Bonheur de Paul Verlaine [Mercure de France, 1949], et en collaboration avec Pierre Izambard : Préface et Notes de Rimbaud tel que je l’ai connu, par Georges Izambard [Mercure de France, 1946].

La plupart des éditions des Illuminations reconnaissent qu’il s’agit d’un recueil dont l’histoire éditoriale est problématique. Il semble que la plupart des textes qui composeront le recueil ont été remis en 1875 à Stuttgart par Arthur Rimbaud à Paul Verlaine pour Germain Nouveau. Les documents passeront par plusieurs mains, avant d’être publiés dans un étonnant mélange de vers et de proses en 1886, onze ans après la transmission, par des éditeurs étrangers au projet initial. Lorsqu’il est question de ce dossier de Stuttgart, une des erreurs les plus fréquentes est de désigner une partie de ces textes comme « le manuscrit des Illuminations ». Henry de Bouillane de Lacoste adopte déjà cette formulation dans son édition critique de 1949, bien qu’il remarque que « les autographes des Illuminations sont de plusieurs écritures différentes, qui vont de la fin de 1873 ou du début de 1874 à 1875 » et qu’« il est clair que toutes ces proses étant sans lien entre elles, leur ordre importe peu, et qu’un classement en vaut un autre ».

Il est devenu usuel de mentionner le titre du recueil sans article après l’édition critique du recueil par Henry de Bouillane de Lacoste chez Mercure de France, en 1949, sous le titre Illuminations : Painted plates. Bouillane de Lacoste a choisi ce titre, après une longue correspondance avec le premier éditeur des Illuminations, Félix Fénéon, en raison du sens anglais possible de ce titre. Au XXIe siècle, le chercheur en littérature française Steve Murphy a plaidé pour la réhabilitation du titre complet.

Illuminations - Painted Plates, par Arthur Rimbaud. Édition Critique avec Introduction et Notes par Henry de Bouillane de Lacoste [1949]. 1 des 75 Exemplaires Numérotés sur Vergé.

Illuminations – Painted Plates, par Arthur Rimbaud. Édition Critique avec Introduction et Notes par Henry de Bouillane de Lacoste [1949]. 1 des 75 Exemplaires Numérotés sur Vergé.

Henry de Bouillane de Lacoste a prouvé deux choses. D’abord, les manuscrits que nous connaissons des poèmes en prose des Illuminations n’ont été recopiés que tardivement, peu avant le mois de juin 1874. Ensuite, les copies des poèmes en prose des Illuminations sont plus tardives que les copies des poèmes en vers seconde manière, bien qu’un tel dossier de poèmes en vers fut inclus dans le recueil Les Illuminations du vivant de Verlaine, sans que celui-ci ne proteste.

En 1950, il remporta le Prix Émile Faguet décerné par l’Académie Française.

_________________

RÉFÉRENCES :

  • Le Who’s Who in France : ouvrage de référence des 22 000 personnalités actives françaises remarquables par leur travail et leurs talents dans toutes les spécialités : entrepreneurs et dirigeants d’entreprises, scientifiques, artisans et artistes, journalistes, hauts fonctionnaires, sportifs, professions libérales.
  • La France au Laos, Ambassade de France à Vientiane, Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.
  • René Pintard : Illuminations, Painted Plates par Arthur Rimbaud, H. de Bouillane de Lacoste; Rimbaud et le problème des « Illuminations », par Henry de Bouillane de Lacoste. Revue d’Histoire littéraire de la France, 51e Année, No. 2 (1951), pp. 220-224.
  • Bibliothèque nationale de France, Henry Adrien de Bouillane de Lacoste, bibliographie complète, ISNI 0000 0001 1637 9834.
  • Eddie Breuil, Illuminations : un recueil fantasmé et forcé, dans La Une CED, Les Dossiers, Etudes, La Cause Littéraire, 22 octobre 2014.
Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 2 août 2016, dans La famille, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :