La Queste

Le Graal peint par Dante Gabriel Rossetti en 1860.

Le Graal, que certains considèrent comme un avatar christianisé du chaudron du Dagda – talisman antique de la mythologie celtique – apparaît pour la première fois sous forme littéraire dans Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (XIIe siècle). Perceval, dans le château du Roi Pêcheur (le « Roi Méhaignié ») voit un valet tenant une lance blanche avec une goutte de sang qui perlait de sa pointe de fer, deux autres jeunes hommes tenant des chandeliers d’or fin incrustés de nielles, une belle demoiselle tenant un graal (qui répandit une telle clarté que les chandelles en perdirent leur éclat), d’or fin très pur enchâssé par des rubis rouge sang. Perceval échoue à l’épreuve du Graal puisqu’il garde le silence devant cette apparition, au lieu de demander pourquoi la lance saigne et à qui on apporte ce récipient.

Aucune signification de cette énigme symbolique n’est avancée par Chrétien de Troyes. Ses continuateurs interpréteront chacun à leur façon, en rattachant généralement ce récipient au sacré chrétien.

Dans ce conte, lorsque Perceval se rend au château du Roi pêcheur : un valet d’une chambre vint, qui une blanche lance tint … la lance blanche et le fer blanc, s’assoit une gote de sang … I. graal antre ses .ii. mains une dameisele tenoit…. Perceval relate ensuite cet épisode à la cour du roi Arthur : Chiés le Roi Pescheor alas, si veïs la lance qui sainne, et si te fu lors si grant painne d’ovrir ta boche et de parler que tu ne poïs demander por coi cele gote de sanc saut par la pointe del fer blanc ! Et le graal que tu veïs, ne demandas ne anqueïs quel riche home l’an an servoit., puis chez un ermite : Sire, chiés le Roi Pescheor fui une foiz, et vi la lance don li fers sainne sanz dotance, et del graal que ge i vi ge ne sai cui l’an an servi.

Une continuation du texte, la Rédaction courte de pseudo-Wauchier de Denain, explique que le Graal donne à chacun les nourritures qu’il désire, et l’associe avec la Sainte Lance qui a percé le flanc du Christ sur la croix (dont li fius Diu fu voirement ferus tres parmi le costé). Pour Wolfram von Eschenbach, comme il le présente dans son Parzival, le Graal est une pierre dont le nom ne se traduit pas : « Lapsit Exillis ». Certains auteurs ont voulu le traduire par « Lapis Exilis » ou « Lapis Ex Coelis ». Lapis exilis, lapis ex coelis, émeraude tombée, selon la légende, du front de Lucifer, qui, creusée en vase, recueillit le sang du Christ s’écoulant des cinq plaies.

Galahad, Bors et Perceval découvrant le graal, ici clairement identifié au Saint Calice. Peinture de William Morris (1890).

Galahad, Bors et Perceval découvrant le graal, ici clairement identifié au Saint Calice. Peinture de William Morris (1890).

Enfin, c’est Robert de Boron, au début du XIIIe siècle, qui explique dans L’estoire dou Graal que le Graal n’est autre que le Saint Calice, c’est-à-dire la coupe avec laquelle Jésus-Christ a célébré la Cène et dans laquelle a ensuite été recueilli son sang, coupe évoquée, sans lui donner de nom, par de nombreux écrits apocryphes tels les Gesta Pilati ou le Pseudo-Évangile de Nicodème.

Emporté en terres lointaines (voire sur l’île de Bretagne) par Joseph d’Arimathée, le « Saint Graal » (le Graal en tant que Saint Calice) devient le centre d’un mystère (car l’objet est d’abord caché puis perdu) auquel certains élus participent autour d’une table ronde — d’où l’intégration dans les récits de la Table ronde. Cette christianisation de la légende du Graal est parachevée par la Queste del Saint-Graal, roman anonyme écrit vers 1220, probablement par un moine, qui fait du Graal la Grâce divine. Effectivement selon la légende, celui qui boit dans cette coupe accède à la vie éternelle.

recherches_crypte-6L’ouvrage de l’alchimiste Fulcanelli Le Mystère des Cathédrales donne du Graal une interprétation initiatique. La compréhension s’élargit a la seule condition d’avoir reçu une initiation maçonnique dans les règles de l’art. Les initiations ont pour but de réveiller des symboles cachés qui se transmettent de façon très particulière et souvent par la douleur. Le Graal existe mais dans le vécu de l’initié c’est quelque chose de tellement particulier et effroyable qu’on ne peut l’exprimer. Non pas dans le sens de la crainte d’un quelconque châtiment mais l’homme est en contact avec lui même.

Il sait ce qu’il est et ce qu’il a été. Toute tentative d’explication est vaine ; plus il essaie d’expliquer, plus il est incompris au point de se sentir face à des juges.

La quête du Graal a aussi un sens moderne beaucoup plus concret : il décrit un objectif difficilement réalisable, mais qui apportera au monde des nouvelles connaissances ou permettra une application originale sur la matière. Ainsi, en physique, on qualifie la théorie de grande unification (Théorie du tout) de « Graal des physiciens ». Encore, la compréhension du mécanisme par lequel les gènes contrôlent la physionomie des organes serait le « Graal des généticiens ».

poursuivez-visite

%d blogueurs aiment cette page :