De nouveaux documents prouvent que le département d’État et l’USAID collaborent avec le groupe Soros pour acheminer de l’argent aux «mercenaires» militants d’extrême gauche en Albanie

[Judicial Watch, Washington DC, 3 octobre 2018] — Judicial Watch a publié 49 pages de nouveaux documents obtenus du département d’État sur le financement de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour les organisations à but non lucratif de « gauche » de George Soros en Albanie.

Les documents traitent principalement des activités du principal agent de Soros en Albanie, Andri Dobrushi, directeur de l’Open Society Foundation-Albania, qui était activement engagé dans l’acheminement des fonds vers ce que le Premier ministre hongrois Viktor Orban appelle « l’armée mercenaire » de Soros. Les documents montrent que l’argent des subventions américaines passe par des organisations non gouvernementales (ONG) qui prétendent promouvoir la « société civile », tout en s’attaquant aux groupes, aux gouvernements et aux politiques traditionnels.

« Judicial Watch » a intenté le 26 mai 2017 une action en justice en vertu de la « Freedom of Information Act » (FOIA) contre le Département d’État des États-Unis et l’USAID après avoir omis de répondre aux demandes de la FOIA du 31 mars 2017 Judicial Watch v. U.S. Department of State and the U.S. Agency for International Development (no 1:17-cv-01012).

Les dossiers révèlent que l’agent Andri Dobrushi de Soros a été la première personne sur une liste d’invités par l’ambassadeur américain en Albanie de l’époque, Donald Lu, à assister à un « événement de déploiement électoral » tenu à l’ambassade des États-Unis le 27 avril 2015. L’événement avait pour but de « lancer l’aide des États-Unis pour les élections locales de juin », qui se tiennent à Tirana, en Albanie. Comme « Judicial Watch » l’a déjà rapporté dans un communiqué de presse du 4 avril 2018, l’ambassadeur Lu a été étroitement associé à Soros et au gouvernement socialiste en Albanie, qu’il a aidé en refusant des visas américains aux juristes conservateurs du parti conservateur en Albanie. Lu a depuis été nommé ambassadeur des États-Unis au Kirghizistan par l’administration Trump.

De plus, un courriel envoyé le 18 juin 2015 par Ilva Cuko, spécialiste de programme au bureau des affaires publiques de l’ambassade des États-Unis à Tirana, invite plusieurs personnes, dont Dobrushi, à une « réunion d’examen des demandes de subventions » par les donateurs à l’ambassade des États-Unis, au cours de laquelle les participants examineraient les demandes de subventions présentées par les ONG qui demandent au département d’État US des subventions du contribuable américain. Cuko dit qu’elle « aimerait vous inviter à une discussion sur ces propositions. Votre contribution et vos commentaires seront utilisés par la Commission de la démocratie de l’ambassade des États-Unis, qui a l’autorité suprême pour l’octroi des subventions. »

Cuko le 28 août 2015, a également invité Dobrushi à assister à une autre « réunion de la Commission de la démocratie » de l’ambassade des États-Unis pour le programme de petites subventions « Grant Proposal Technical Review » le 3 septembre à l’ambassade des États-Unis. Lors de cette réunion, M. Cuko a déclaré qu’ils se concentreraient sur les demandes portant sur la « lutte contre la corruption ». Ironiquement, sous la direction de l’ami proche de Soros, le Premier ministre socialiste Edi Rama, qui a pris le pouvoir en 2013, la corruption en Albanie a explosé, le trafic de cannabis dans le pays ayant augmenté de 300% entre 2016 et 2017.

Dans un courriel daté du 22 février 2016, Cuko invite à nouveau plusieurs personnes, dont Dobrushi, à une autre « réunion d’évaluation des subventions des donateurs » qui se tiendra à l’ambassade des États-Unis le 26 février, où Dobrushi pourra influencer les fonctionnaires de l’ambassade qui ont « l’autorité ultime pour accorder les subventions ».

Un autre document, intitulé « Guidelines for the Democracy Commission Small Grants Program », montre que les demandes de subventions examinées par l’agent de Soros font partie d’un programme du département d’État en Europe de l’Est et dans les États baltes appelé « Democracy Commission Small Grants Program », qui est censé « promouvoir la démocratie au niveau local ». Les lignes directrices précisent également que le programme « soutient les initiatives des organisations non gouvernementales (ONG) locales engagées dans la construction des fondements sociaux et intellectuels de la démocratie, la résolution démocratique des problèmes, le renforcement des activités de veille de la société civile et l’institutionnalisation de processus politiques ouverts et pluralistes ».

Outre l’Albanie, Judicial Watch a également intenté des actions en justice contre le Département d’État et l’USAID au sujet du financement et des activités politiques de l’Open Society Foundations de George Soros en Macédoine, en Roumanie et en Colombie.

« L’administration Obama a confié à George Soros les principales activités du département d’État, en particulier en Albanie », a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton.

« L’État profond continue de s’aligner sur Soros et utilise le département d’État dans des pays comme l’Albanie pour faire avancer son programme radical. Et, bien sûr, l’argent des contribuables pour Soros à l’étranger sont des ressources qui n’est pas utilisées ici aux États-Unis. »

Lors d’une précédente production de documents liés à ce procès, « Judicial Watch » avait obtenu 32 pages de documents montrant que l’administration Obama avait envoyé l’argent des contribuables américains à un groupe soutenu par Soros qui avait utilisé cet argent pour financer des activités politiques de « gauche » en Albanie. Il s’agissait notamment de travailler avec le gouvernement socialiste du pays pour faire pression en faveur d’une « réforme » judiciaire très controversée. Les dossiers expliquent également comment l’opération Soros a aidé le département d’État à examiner les demandes de subventions d’autres groupes pour les contribuables. Les fonds de l’USAID ont été dirigés vers les fondations de gauche de Soros, l’Open Society Foundations en Albanie, en particulier les efforts opérationnels de Soros pour donner au gouvernement socialiste un plus grand contrôle sur le système judiciaire. L’USAID aurait donné 9 millions de dollars en 2016 à la campagne « Justice pour tous », qui est supervisée par le « East West Management Institute » de Soros.

Publicités