Archives du blog

Quelle métamorphose institutionnelle pour la France? – Jean-Philippe Chauvin

[Jean-Philippe Chauvin] — L’élection présidentielle l’a abondamment montré et démontré une fois encore : il y a un malaise dans la représentation et la vie politique de notre pays. Est-ce, en définitive, propre à la France ? Pas vraiment ! Nombre de nos démocraties occidentales connaissent les mêmes symptômes de contestation interne ou de désaffection : ligues ou lignes populistes ; poussées des dissidences et des marges, parfois issues des deux bords de l’échiquier politique ; abstentionnisme important ; volatilité des électorats ; crise, voire éclatement des grands partis traditionnels…

En somme, les basses eaux idéologiques que nous connaissons actuellement, l’affaiblissement de nombre d’institutions sociales ou la perte de crédit de l’État, trop souvent impuissant face aux grands enjeux économiques et sociaux (voire environnementaux), sont en train de perturber les fondements mêmes de notre système politique. De toute évidence, et sans attendre le soir des élections législatives du 18 juin prochain, celui-ci est en pleine recomposition, voire en décomposition. Il parvient surtout de moins en moins à engendrer de véritables enthousiasmes collectifs et le ralliement des principaux ténors du paysage politique français au candidat Emmanuel Macron ressemble plus à de la peur ou à de l’intérêt partisan qu’à une adhésion d’espérance. Par conséquent, ce système politicien tout autant que politique ne peut plus tout à fait prétendre seul au monopole du lien et du débat civiques.

A bien des égards, et au regard de la situation (presque) inédite de finalistes présidentiels issus de partis « hors système » dans le sens où leur représentation parlementaire est, pour l’heure, marginale et « en rupture » avec les structures partisanes classiques et dominantes, nous voyons les grands appareils de partis ne tenir debout que par routine et par la « contrainte de structure », désormais insuffisante (au regard des résultats électoraux), de la démocratie parlementaire de la Cinquième République.

Sans doute voyons-nous se développer, sans toujours bien l’appréhender, le remplacement des anciennes références idéologiques par des appartenances moins rigides (quoique…) mais plus « concrètes », davantage reliées à la vie sociale, communale et professionnelle, et à des formes d’identité qui renvoient aussi à des fondations ou à des mythes fondateurs parfois anciens, que cela soit dans le cadre provincial (aujourd’hui bien différent du cadre administratif régional), national ou dans celui de l’imaginaire « révolutionnaire », voire religieux, mais aussi dans celui du social et d’une nostalgie d’une période qualifiée, sans trop de discernement, de « Trente Glorieuses », sorte de nouvel âge d’or mythique de la société française s’intégrant alors dans une société de consommation qui n’avait pas encore tranché le lien avec les racines françaises… Nostalgie du monde de Jacques Tati et de celui, simultané, de Guy Lux…

Mais ces appartenances et allégeances diverses, provinciales en particulier, celles-ci revivifiées depuis les années 1960 après deux siècles de centralisation administrative en France, mais également sociales et, même, face aux vents de la mondialisation, nationales, ces deux dernières se conjuguant en un populisme à plusieurs têtes (Mélenchon et Le Pen sûrement… peut-être même Macron, en faveur des classes moyennes ?), exigent une nouvelle modalité de représentation pluraliste institutionnelle, qui tienne aussi compte des risques de dérives communautaristes et s’attache à les éviter, ou à les « intégrer » à la Communauté nationale de vie et de destin.

La métamorphose de la représentation civique et de la vie politique, et parlementaire sans doute après le 18 juin prochain (second tour des élections législatives), requiert une intervention politique aussi bien pour l’ordonner que pour la stimuler, mais aussi pour en brider les débordements chaotiques : or, il n’est pas certain que la forme républicaine de l’État soit la plus adaptée à ce grand chantier institutionnel, à cette métamorphose souhaitée par beaucoup et souhaitable pour tous, et M. Macron lui-même montrait, dans un entretien publié dans la revue Le1 en juillet 2015, combien la démocratie actuelle « comporte toujours une forme d’incomplétude » en République par l’absence de « verticalité », de cette « figure du Roi » qui répond à la demande d’émotion et d’union dans une nation, dans un ensemble collectif issu de l’histoire et acteur de celle-ci. A moins de rendre à la fonction d’arbitre suprême l’indépendance de fait et de naissance que procure le mode de succession héréditaire déjà appliqué dans sept États de l’Union européenne, la métamorphose institutionnelle ne peut se réaliser pleinement !

Ainsi, la France aurait, à son tour, tout à gagner de l’établissement d’un véritable régime mixte : un État monarchique royal en son sommet, arbitre et protecteur de républiques provinciales, communales et professionnelles, dotées les unes et les autres de vrais pouvoirs, législatifs ou de négociation, particuliers. Ce qu’a réussi, au moins pour les régions de son royaume, le roi Juan Carlos en Espagne dans les années inaugurales de son règne, en bouleversant l’organisation interne de son royaume et en réactivant les autonomies et les citoyennetés provinciales. C’est cette « révolution politique des territoires et de leurs pouvoirs », par le moyen de ces nouvelles institutions monarchiques et enracinées dans l’histoire de la nation qu’il s’agit de promouvoir, ne serait-ce que pour « éloigner » le Pouvoir d’État des citoyens eux-mêmes, non pas pour les déposséder de leur citoyenneté effective et sensible, mais au contraire pour leur permettre un véritable épanouissement civique et personnel dans le cadre d’un meilleur équilibre des rapports entre la Direction générale de la nation et les libertés publiques locales.

Ces nouvelles agoras, ces républiques françaises sont demandées par le corps électoral, de façon parfois rude et souvent inconsciente, et la Monarchie fédérative des pays et peuples de France peut apporter quelques forts éléments de réponse aux attentes françaises que certains peuvent qualifier de « démocratiques » sans que cela ne me choque, loin de là : je suis fidèle à la pensée de La Tour du Pin qui souhaitait la Monarchie dans l’État, et la démocratie dans les provinces et les communes, avec l’utilisation des compétences à tous les étages sans qu’elles prennent le pas sur l’autorité royale et les libertés publiques (compétences qu’ils qualifiaient d’aristocratiques au sens grec du terme).

La métamorphose institutionnelle, si elle veut être à la fois utile et efficace, ne peut se faire que dans un cadre monarchique « fédératif », ce que me signalait fortement l’écrivain Marcel Jullian en me déclarant que c’était le moyen privilégié pour « rendre leur citoyenneté complète à tous les citoyens français » et cela sans nuire à l’unité française qui, en définitive, ne doit pas être confondue, comme l’a trop longtemps fait et continue à le faire la République, avec « l’indivisibilité », synonyme d’uniformité et non de l’inaliénabilité et de l’intégralité du pays que, d’ailleurs, la République est bien incapable d’assurer sur le long terme, comme le prouve l’histoire des deux derniers siècles et une actualité cruelle et récente…

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :